Publicité

MUSÉES ET EXPOSITIONS


x

x

Par Marc-Yvan Coulombe xxxxxx

x

x_____________________________________________________________________________________

    Des activités pour la relâche

Si vous prévoyez une sortie avec des enfants de 4 à 8 ans, sachez que le Planétarium Rio Tinto Alcan propose un voyage prometteur, à compter du 27 février. D'abord, place à la découverte de mystères de l'Univers avec le film L’aveugle aux yeux d’étoiles (photo, 23 minutes) qui raconte avec des personnages animés l’histoire d’un tyran qui veut accroître sa puissance et sa domination du monde et d’un vieux sage qui lui conseille de compter les étoiles. L’expérience se poursuit avec un spectacle multimédia (40 minutes) où l’on monte virtuellement À bord du SSE-4801 en compagnie d’un animateur scientifique pour découvrir le système solaire. Dans cette mission rocambolesque, les enfants parcourent la Lune et plusieurs planètes (Jupiter, Mars, Neptune, Saturne), pour ensuite revenir vers leur « maison », la Terre avec l’aide d’une comète, sur la musique des Petites Tounes. Les plus grands (7 ans et plus) se voient aussi offrir un programme double. D'une part, Demain l’espace (25 minutes) entraîne ses spectateurs sur le parcours emprunté par l'humain pour réaliser son rêve d’atteindre les étoiles et ouvre la voie du futur en se tournant vers les voyages interstellaires et la colonisation planétaire. Enfin, le spectacle immersif dans le dôme 360 degrés EXO, produit par l’équipe du Planétarium Rio Tinto Alcan, s’intéresse à la recherche de vie extraterrestre et aux impacts de telles découvertes. Pour réserver vos billets en ligne, cliquez ici!


  Québec avant New York

On a toujours bien des raisons de faire escale à Québec et, cette année, l'exposition Aldo Giacometti (1901-1966) en est une de taille! C'est, en effet, une occasion d'admirer l'oeuvre du célèbre sculpteur et peintre suisse, surtout connu pour ses sculptures de personnages démesurément allongés. Nombre de chefs-d’œuvre sont rassemblés, dont la Boule suspendue et le célèbre Homme qui marche, à partir de la collection de la Fondation Alberto et Annette Giacometti à Paris. L'exposition qui arrive à Québec après Londres, mais avant New York et Bilbao, comporte plus de 110 sculptures ainsi qu'une cinquantaine de peintures. Cette rétrospective met en lumière une carrière qui s'étale sur ci  nq décennies, tout en soulignant les liens de l'artisteavec d’illustres écrivains, dont Samuel Beckett et Jean-Paul Sartre. Aldo Giacometti au Musée national des beaux-arts du Québec, du 8 février au 13 mai. Pour en savoir plus et réserver vos billets, cliquez ici!



  Trouver du merveilleux dans l'ordinaire grâce à Nicolas Ranellucci

L'exposition présentement à l'affiche à la TOHU pourrait changer nos façons de regarder des objets de tous les jours. Avec Sans soucis sois sans soucis, Nicolas Ranellucci propose « une quinzaine d’œuvres figuratives à travers lesquelles il présente le fruit de sa réflexion sur l’ordinaire et le possible enchantement que celui-ci peut générer. Tel un archéologue créatif, l’artiste de 34 ans parcourt les lieux communs de notre société et explore les espaces que nous habitons et qui nous habitent parfois plus qu’on l’imagine : maisons, couloirs, trottoirs, arbres, etc. » Ranellucci qui a remporté, en 2010, la bourse d’excellence en peinture de la Fondation Mc Abbie, veut « révéler l’extraordinaire qui se tapit derrière la première impression de banalité... en rallumant l’étincelle d’émerveillement qui se perd et s’éteint parfois dans l’effervescence de la vie de tous les jours. » L'exposition Sans soucis sois sans soucis est offerte gratuitement à la TOHU, jusqu'au 18 février. La photo montre l'une de ses œuvres exposées. Pour plus de détails, cliquez ici!




  Napoléon. Art et vie de cour au palais impérial

Le Musée des beaux-arts de Montréal s'est donné les moyens de faire revivre l'ambiance de la cour de Napoléon. Plus de 200 œuvres et objets, dont la majorité n’a jamais été présentée en Amérique du Nord, révèlent le rôle fondamental de la Maison de l’Empereur durant le règne de Napoléon, depuis son couronnement en 1804 jusqu’à son exil en 1815. L’exposition rassemble des œuvres provenant de quelque 50 prêteurs, qu'il s'agisse du Musée du Louvre, du château de Fontainebleau, du Metropolitan Museum of Art, du J. Paul Getty Museum, de l’Art Institute of Chicago, etc. Le public est invité à visiter les six départements qui composent la célèbre maison impériale. Pour évoquer le faste des appartements, on a recours, entre autres, à des « projections illusionnistes ». Le public a aussi l’occasion de découvrir des tableaux, sculptures, meubles, pièces d’orfèvrerie et de porcelaine, tapisseries, soieries et autres habits de cour illustrant l’opulence caractéristique du style Empire. Napoléon. Art et vie de cour au palais impérial, à l'affiche au MBAM, du 3 février au 6 mai. Pour en savoir plus, cliquez ici!

  Cohen bien vivant

Un an après la mort de Leonard Cohen, le Musée d'art contemporain de Montréal revisite l'héritage laissé par l'auteur-compositeur-interprète, ainsi que romancier et poète. L'exposition multidisciplinaire intitulée Une brèche en toute chose regroupe des installations et divers enregistrements, écrits et dessins réalisés sur une période d'une cinquantaine d'années. C'est donc l'occasion de revoir l'illustre Montréalais, puisqu'on a trié d'innombrables archives de Cohen sur scène et aussi ailleurs. Si la visite peut facilement durer trois heures, on prendra le temps de s'arrêter devant l'installation intitulée I'm your man (A Portrait of Leonard Cohen) qui rassemble virtuellement un chœur d'hommes autour de l'interprétation de chaque chanson de l'album I'm your man. John Zeppetelli, commissaire de l'exposition avec Victor Shiffman, rappelle qu'au départ, on est allé consulter Leonard Cohen lui-même, au sujet de cet événement et que l'artiste s'est tout de suite montré en accord avec ce projet et l'angle qu'on lui proposait. Leonard Cohen : Une brèche en toute chose/A Crack in Everything, au MAC, jusqu'au 9 avril. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!

  Cent raisons d'aller au Musée...

La Biennale canadienne 2017 du Musée des beaux-arts du Canada propose une sélection d'acquisitions récentes en art contemporain canadien et autochtone et comprend aussi des œuvres internationales. L'exposition réunit une centaine d'œuvres de plus de 50 artistes, qu'il s'agisse de peintures, sculptures, photographies, dessins, estampes, vidéos et grandes installations aux techniques mixtes. L'exposition s'ouvre sur l'installation Casualties of Modernity [Victimes de la modernité] (2015), vidéo et techniques mixtes, de Kent Monkman qui porte un regard à la fois incisif et humoristique sur l'art occidental du siècle dernier, aux côtés des peintures de Mickalene Thomas et de Cynthia Girard-Renard... Le but est d'installer la « trame d'une réflexion critique, politique, esthétique et matérielle qui parcourt l'exposition, notamment dans des pièces telles que la fascinante [jam-session afrobeat] de six heures de Stan Douglas, Luanda-Kinshasa (2013), les masques de performance du regretté artiste, activiste et chef héréditaire kwakwaka'wakw Beau Dick, l'envoûtant Soundsuit (2015) de Nick Cave, inspiré des horreurs de la violence raciale... » Pour ce qui est des œuvres canadiennes exposées, notons que certaines ont d'abord été présentées à l'extérieur du pays. C'est le cas du dessin mural de près de 23 mètres de long Notes d'Allemagne/d'après Lucrèce/De rerum natura (2013) de Shelagh Keeley, conçu à l'origine pour le Museum Abteiberg de Mönchengladbach, en Allemagne. C'est aussi la première fois qu'on présente au pays l'installation sculpturale Canadassimo (Dépanneur) (2015) créée par le collectif d'artistes québécois BGL en 2015 lorsqu'il a représenté le Canada aux « Olympiques » du milieu de l'art, la Biennale de Venise. La Biennale canadienne 2017 se poursuit jusqu'au 18 mars 2018 au MBAC. Pour en savoir plus, cliquez ici!



  Il fallait y penser...

À l’occasion des festivités du 150e anniversaire du Canada, le Centre des sciences de Montréal présente une exposition mettant en lumière l'ingéniosité des Premiers peuples du pays, dont les inventions influencent encore nos vies. L'expérience qui se veut immersive et interactive vous permet de partir à la découverte des principes scientifiques des autochtones, entre autres, en testant le centre de gravité d’un kayak et au cours d’une course de canot virtuelle. Construire un igloo, pratiquer la pêche au harpon et déclencher des animations sur des fresques interactives sont aussi au programme de Génie autochtone : des inventions toujours actuellesD'hier à aujourd'hui, des innovations qui façonnent nos vies, au Centre des sciences de Montréal. Pour en savoir plus et acheter vos billets en ligne, cliquez ici!

  Mitchell-Riopelle. Un couple dans la démesure

Quiconque s'intéresse à Jean-Paul Riopelle n'est pas sans savoir la relation qu'il a entretenue avec la peintre américaine Joan Mitchell. Or, le Musée national des beaux-arts du Québec a eu l'idée de présenter un croisement de l'œuvre de ces deux artistes. On a donc rassemblé une soixantaine d'oeuvres produites durant les années qu'ils ont partagé, soit près d'un quart de siècle, au cours duquel ils «ont développé une pratique d’atelier et un corpus bien distinctifs tout en engageant un dialogue nourri autour de l’abstraction. Leurs goûts pour l’héritage impressionniste, la nature et une forme de provocation les ont certainement rapprochés. Leur conception de la peinture et leurs méthodes de travail, profondément singulières, ont pourtant été complètement façonnées par leur relation sentimentale.» Parmi les pièces majeures de l'exposition, on souligne Saint-Anthon (1954), de Riopelle (en provenance d’une collection privée new-yorkaise) qui s'inscrit dans une suite de tableaux inspirés des cimes enneigées des Alpes autrichiennes. Le visiteur est aussi invité à porter une attention particulière à Sans titre (La Fontaine, 1957), œuvre révélatrice de la complexité existant alors entre les deux peintres. « En effet, Mitchell aurait inscrit discrètement dans la marge supérieure gauche du tableau « Le Laboureur et ses enfants, La Fontaine!! » en référence à la fable bien connue, mais également à une œuvre de Riopelle intitulé Labours sous la neige, réalisée un peu avant. On peut donc voir dans ce tableau, longtemps conservé par la peintre, un tendre clin d’œil à Riopelle. » Organisée en partenariat avec le Musée des beaux-arts de l'Ontario, avec l'appui de la Fondation Joan Mitchell (New York) et de la Succession Jean-Paul Riopelle (Montréal). Mitchell-Riopelle. Un couple dans la démesure, au MNBAQ, jusqu'au 7 janvier 2018. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez en l

  Un legs du Cirque du S    oleil

Pour souligner le 20e anniversaire de son engagement dans le quartier St-Michel, le Cirque du Soleil ouvre un jardin d'œuvres d'art. Parmi les seize pièces choisies, on trouve l'imposante sculpture d'Armand Vaillancourt intitulée L'enchantement (photo de gauche), ainsi que Dans le jardin du roi heureux de Glen Lemesurier et La Contorsionniste (photo de droite) de Philippe Allard. Des créations de Catherine Sylvain, Andy Goldsworthy, Richard MacDonald, Anne-Sophie Morelle, Andrew Rogers, Jim Dine, Tom Doyle, Simon Gudgeon et Rolf Knie complètent ce jardin d'œuvres d'art. De plus, le parcours Cité des arts du Cirque permet d'admirer des œuvres fournies par l'École nationale de Cirque et la TOHU. Pour en savoir plus, cliquez ici!



x
x

  Mont
  réal a son Portrait de Louis XIV

Le Musée des beaux‐arts de Montréal vient d’acquérir un tableau exceptionnel, soit le modello (photo de gauche) du célébrissime Portrait de Louis XIV en grand costume royal, 1701, photo de droite) par Hyacinthe Rigaud (Musée du Louvre, Paris). Modello est un mot italien qui désigne l'œuvre préparatoire la plus fidèle du tableau commandé. Outre sa grande valeur artistique, cette huile sur toile de 55 x 45 cm revêt une signification particulière pour le MBAM, puisque c'est sous le règne de Louis XIV que la Nouvelle‐France est devenue une province royale avec gouverneur, évêque, intendant et Conseil souverain, ce qui favorisa son développement. À notre époque bombardée d'images politiques, il est donc intéressant « d’observer la composition d’un portrait officiel aussi emblématique qui, au moyen de codes précis et avec une profusion de détails, dépeint la Majesté Royale et la légitimité à gouverner au XVIIe siècle. Spectateurs contemporains, c’est en héritiers de ce passé, mais aussi des profondes remises en question qui ont favorisé l’avènement de la démocratie et de la citoyenneté que nous regardons aujourd’hui cette "icône", à la fois proche et lointaine », souligne Sylvain Cordier, conservateur des arts décoratifs anciens. L’œuvre est installée au 2e niveau du nouveau Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, dans les galeries des écoles française, italienne et anglaise des XVIIe et XVIIIe siècles. Pour en savoir plus, cliquez ici!



  Pleins feux sur u
n peintre autodidacte

Le Québécois Claude Langevin, réputé entre autres pour ses tableaux de paysages, est en vedette dans le dernier numéro d'Arabella, un magazine d'art, d'architecture et de design, considéré comme l'un des plus importants au Canada. Dans une entrevue accompagnée d'illustrations de ses œuvres, l'artiste qui roule sa bosse depuis plus de 35 ans précise le sens de sa démarche. On sait qu'au début de sa carrière, Langevin a travaillé avec de l'acrylique, mais après avoir redécouvert le travail de Clarence Gagnon et Tom Thomson (un proche du célèbre Groupe des Sept), il a opté pour l'huile et le pinceau qu'il continue d'ailleurs d'utiliser pour peindre des scènes de villes et de campagne d'un peu partout au Québec et dans les Maritimes. On peut d'ailleurs admirer les œuvres de Claude Langevin, à la galerie le Balcon d'Art. Pour accéder à la galerie, cliquez ici!


  Moment Factory à la basilique
Notre-Dame de Montréal

En plus l'illuminer le pont Jacques-Cartier, voilà que Moment Factory installe ses projecteurs à la basilique Notre-Dame de Montréal. Le spectacle son, lumière et vidéo intitulé AURA, d'une durée d'environ une heure, comprend un parcours organisé dans le but de redécouvrir ces lieux construits il y a près de 190 ans. L'autel, les balcons et les colonnes sont mis à profit. Le tout se déroule au son d'une œuvre musicale créée par Troublemaker avec une trentaine de musiciens et une vingtaine de chanteurs. Rappelons que Moment Factory est un studio de divertissement multimédia, combinant la vidéo, l'éclairage, l'architecture, le son et les effets spéciaux, qui a créé des centaines de spectacles à travers le monde pour des clients tels que Madonna, Microsoft, Sony et l'Aéroport International de Los Angeles. AURA qui s'inscrit dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, prend l'affiche à la basilique Notre-Dame de Montréal. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!

Artplugs.com : Site gratuit d'emplois dans le domaine des arts graphiques et du marketing. Trouvez des emplois et contrats facilement et rapidement. Artplugs.com : Site gratuit d'emplois dans le domaine des arts graphiques et du marketing. Trouvez des emplois et contrats facilement et rapidement.
Andre Lemire Immobilier : Andre Lemire Immobilier Montreal Quebec Residentiel Commercial
5kards : 5kards : Impression en ligne - Online printing
Studio de beaute Flash: Coiffure, Bronzage, Massotherapie, Maquillage, Electrolyse, Esthetique, Soins des mains et des pieds Studio de beaute Flash: Coiffure, Esthetique, Bronzage
Studio Therapeutique Canin: toilettage chiens et chats sans anesth�sie, soins des griffes, massage Studio Therapeutique Canin: toilettage chiens et chats sans anesth�sie, soins des griffes, massage
Pixotheque : Pixotheque - des centaines d'images professionnelles pour vos concepts publicitaires. Photographes : transformez votre passe-temps en comptant grace a notre syst�me de partage des profits.
Publicité
Design et conception © 2006 Translucide Design